Adelsa

Bio

Fan de streetart, je me suis lancée à poser mes gribouillages dans la rue il y a un peu plus d’un an, à la suite d’une rupture amoureuse douloureuse.

Le streetart est devenu une catharsis, avec comme intention de coller mes maux (et des mots) sur les murs dans le but de les exorciser.