Alex Balducci

Bio

Alex Balducci est né en 2001, à Échirolles et vit actuellement entre Grenoble et Lyon.
C’est grâce à ses deux grands frères, dès son plus jeune âge, qu’il a baigné dans la culture urbaine (skateboard, rap et tout ce qui va avec) jusqu’à que cela l’amène dans le milieu « artistique » au début du collège. Aussi bizarre que cela puisse paraître, tout est intimement lié.
C’est à partir de ce moment qu’il a vraiment commencé à graffer et à faire du collage jusqu’à ensuite pratiquer la photographie, la vidéo… des arts plus « numériques ». C’est l’étude des arts plastiques au lycée qui l’a fait se tourner vers la peinture, le dessin, des pratiques plus académiques sans jamais devenir normées. Il touche donc un peu à tout les médiums  et depuis 6 ans il se met dans des dynamiques d’explorations et d’expérimentations pour réaliser ses projets.
On peut observer dans ses oeuvres une récurrence de tâches noires, elles sont sont autant des obsessions qui le hantent que des manifestations qui le délivrent de tout ce qu’il n’est pas possible de dire.
Au delà des multiples réflexions de ses travaux qui oscillent entre la pratique de l’art elle-même et l’intérêt qu’il  porte pour l’architecture urbaine, ce qu’il  préfère travailler reste les relations humaines : la relation que nous avons avec nous-mêmes, que nous avons avec l’autre (du sdf que l’on croise au coin de la rue jusqu’à notre bien aimé.e) et à l’inconnu, la relation que nous entretenons avec l’environnement que l’on habite qu’il s’agisse d’un immeuble, d’une ville, d’un pays ou d’une planète. Mon travail est un constant questionnement subjectif et purement personnel sur les choses de la vie quotidienne, peint sur un fond de mélancolie (perçu plus comme un espoir / une motivation plutôt que de la tristesse) car notre vie est la plus grande des fictions.